Bull Terrier

Standard FCI Nº 11

Origine
Grande-Bretagne
Traduction
Prof. R. Triquet. Mise à jour J. Mulholland / Version originale : (EN)
Groupe
Groupe 3 Terriers
Section
Section 3 Terriers de type bull
Epreuve
Sans épreuve de travail
Reconnaissance à titre définitif par la FCI
samedi 26 juin 1993
Publication du standard officiel en vigueur
mardi 05 juillet 2011
Dernière mise à jour
vendredi 23 décembre 2011
In English, this breed is said
Bull Terrier
Auf Deutsch, heißt diese Rasse
Bull Terrier
En español, esta raza se dice
Bull Terrier
In het Nederlands, wordt dit ras gezegd
Bull Terrier

Utilisation

Terrier.

Bref aperçu historique

C’est un certain James HINKS qui a fixé le type dans les années 1850 en sélectionnant la tête en forme ovoïde. La race, dans son type actuel, a été exposée pour la première fois à Birmingham en 1862. Le Bull Terrier Club a été fondé en 1887. A propos de cette race, ce qui est vraiment intéressant est que le standard stipule très clairement « Il n’y a pas de limite de poids ni de taille. Le chien doit donner l’impression d’avoir le maximum de substance par rapport à sa taille, en tenant compte de la qualité du sujet et du sexe. Il doit toujours être bien proportionné ».
Un modèle de plus petite taille est connu depuis le début du 19ème siècle mais il a été délaissé avant la 1ère Guerre Mondiale au point d’être retiré des registres du Kennel Club en 1918. En 1938 il a été relancé par un groupe d’enthousiastes mené par le Colonel Richard GLYN qui a formé le Miniature Bull Terrier Club. Le standard est identique à celui du Bull Terrier avec l’exception d’une limite de la taille.

Aspect général

Bâti en force, musclé, bien proportionné et actif, l’expression est vive, résolue et intelligente. Il est unique par son chanfrein descendant et sa tête ovoïde. Quelle que soit sa taille, les caractères sexuels des mâles et des femelles doivent être bien marqués.

Comportement / caractère

Courageux, plein d’entrain et enjoué. De tempérament égal, il est soumis aux ordres. Bien qu’obstiné, il est particulièrement gentil avec les gens.

Tête

Région crânienne

Tête
Elle est longue, forte et pleine de substance jusqu’au bout du museau, mais elle n’est pas grossière. Vue de face elle est ovoïde et parfaitement remplie, sa surface étant exempte de creux ou de dépressions. Le profil s’incurve doucement vers le bas, du sommet du crâne à la truffe.
Crâne
La partie supérieure du crâne est presque plate d’une oreille à l’autre. 

Région faciale

Truffe
Noire ; à l’extrémité, elle est inclinée vers le bas. Les narines sont bien développées.
Lèvres
De lignes pures, serrées.
Mâchoires et dents
La mâchoire inférieure est forte et épaisse. Les dents sont saines, nettes, fortes, de bonne taille et régulièrement implantées. Elles offrent un articulé parfait, régulier et complet en ciseaux, c’est-à-dire que les incisives supérieures recouvrent les inférieures dans un contact étroit implantées à l’équerre par rapport aux mâchoires.
Yeux
Les yeux paraissent étroits, disposés obliquement, triangulaires, bien placés dans les orbites, noir ou d’un brun aussi foncé que possible de façon à paraître presque noirs ; ils ont un éclat perçant. La distance de la truffe aux yeux doit être sensiblement supérieure à celle des yeux à l’occiput. Les yeux bleus en totalité ou en partie sont un défaut.
Oreilles
Petites, minces, rapprochées ; le chien doit pouvoir les tenir bien droites et elles doivent alors se dresser bien verticalement.

Cou

Le cou est très musclé, long, avec un profil supérieur galbé. Il va en s’amincissant des épaules vers la tête, il est exempt de fanon.

Corps

Généralité
Bien arrondi avec des côtes bien cintrées ; du garrot à la région sternale, la hauteur de la poitrine est grande, de sorte que celle-ci est plus près du sol que le ventre.
Dos
Court et fort. La ligne du dessus est horizontale derrière le garrot. Elle forme une courbe ou arcure légère sur le rein.
Rein
Large et bien musclé.
Poitrine
Vu de face, le poitrail est large.
Ligne du dessous
De la région sternale au ventre, elle s’incurve gracieusement vers le haut.

Queue

Courte, attachée bas, portée horizontalement. Epaisse à la base, elle s’amenuise en une fine pointe.

Membres

Membres antérieurs

Généralités
Le chien doit être solidement planté sur des membres parfaitement parallèles. Chez le chien adulte, la longueur des antérieurs, du coude au sol, doit être approximativement égale à la hauteur de poitrine.
Epaules
Fortes et musclées sans être chargées. Les omoplates sont larges, plates et bien attachées contre la paroi thoracique. Elles doivent présenter de bas en haut une très nette inclinaison vers l’arrière de leur bord antérieur, en formant un angle presque droit avec le bras.
Coudes
Tenus droits et solides.
Avant-bras
Ossature ronde, la plus forte possible et de qualité.
Métacarpe
D’aplomb.
Pieds antérieurs
Ronds et compacts avec des doigts bien cambrés.

Membres postérieurs

Généralités
Les membres postérieurs sont parallèles lorsqu’ils sont vus de derrière.
Cuisses
Musclées.
Grassets
Bien coudé.
Jambes
Bien développées.
Jarret
Pointe des jarrets bien angulé.
Métatarse
Courts et forts.
Pieds postérieurs
Ronds et compacts avec des doigts bien cambrés.

Allures

En action, le chien donne l’impression d’être bien soudé, couvrant le terrain d’une allure régulière et facile à grandes enjambées dégagées, d’un air preste qui lui est caractéristique. Au trot, les membres se déplacent en restant parallèles, qu’ils soient vus de face ou de derrière ; ils ne convergent vers une ligne médiane que lorsque la vitesse augmente. Les antérieurs ont une bonne extension et les postérieurs, par leur action régulière au niveau des hanches et la bonne flexion des grassets et des jarrets, donnent beaucoup d’impulsion.

Peau

Elle épouse parfaitement la forme du corps.

Robe

Qualité du poil
Le poil est court, plat, uni, dur au toucher et bien luisant. Le chien peut présenter en hiver, un sous-poil de texture douce.
Couleur du poil
Chez les chiens blancs, la robe est d’un blanc pur. La pigmentation de la peau et les marques en tête ne constituent pas des défauts. Chez les chiens de couleur, la couleur doit prédominer sur le blanc. A égalité des autres points, le bringé doit avoir la préférence. Le noir, le bringé, le rouge, le fauve et la robe tricolore sont admis. La robe blanche mouchetée ou truitée est un défaut. La robe bleue et la robe foie (marron) sont à rejeter.

Taille et poids

Hauteur au garrot
Il n’y a pas de limite de poids ni de taille. Le chien doit donner l’impression d’avoir le maximum de substance par rapport à sa taille, en tenant compte de la qualité du sujet et du sexe.

Défauts

• Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien-être du chien et sa capacité à accomplir son travail traditionnel.
• Les défauts doivent être listés en fonction de leur gravité.

Défauts entrainant l’exclusion

 Chien agressif ou peureux.

NB :

• Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.
• Les défauts mentionnés ci-dessus, lorsqu'ils surviennent à un degré très marqué ou fréquent, sont éliminatoires.
• Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.
• Seuls les chiens sains et capables d’accomplir les fonctions pour lesquelles ils ont été sélectionnés, et dont la morphologie est typique de la race, peuvent être utilisés pour la reproduction.

Bibliographie

http://www.fci.be/

Historique détaillé

Le Bull Terrier, que l'on appelle aussi White Cavalier, est une des plus vieilles races de Terriers, puisque, dès 1822, son nom est mentionné par Pierce Egan dans les Annals of Sporting. Le surnom de ce chien, par ailleurs, ne trompe pas sur ses qualités et ses aptitudes : « gladiateur de la gent canine », un surnom qui lui vient de très loin, lorsqu'il eut à combattre d'autres chiens dans les fosses aux parois boisées que l'on appelait les pits.

Ce « sport », dont les origines remontent au Moyen Age, fut très populaire en Grande-Bretagne. Pendant très longtemps, ces spectacles, connus sous le nom de bull baitings, n'opposèrent, en fait, que des chiens, notamment des Bulldogs, à des taureaux (maintenus par une solide longe), puis, au XVIIIe siècle, sous l'impulsion des rois et des seigneurs qui s'étaient réservé l'exclusivité de l'usage des Mastiffs, d'autres combats tout aussi sanguinaires furent organisés, où ces chiens luttaient avec des ours et des fauves.

Avec la révolution industrielle et le développement des grandes cités, où vivaient mineurs, métallurgistes et ouvriers tisserands, le traditionnel et campagnard bull baiting se diversifia grandement. Au taureau, on substitua toutes sortes d'animaux sauvages ou dornestiques - blaireaux, ours, ânes, chevaux, singes, parfois lions ou léopards -, toujours dans le dessein de renouveler l'intérêt des spectacles et d'augmenter les sommes sur les paris engagés, mais aussi de concurrencer les très populaires combats de coqs et les rats killing matches, concours de chiens ratiers.

Ces combats étaient surtout organisés à Londres, à Birmingham, dans les Midlands et dans le nord de l'Angleterre. Dans la capitale, deux arènes avaient été construites: Westminster Pit et Paddington Pit. Raymond Triquet nous donne d'ailleurs une idée de ce que furent les programmes proposés au début du XlXe siècle (exactement en 1821), en publiant le texte d'une affiche publicitaire: « Combat contre un ours et un taureau, combat entre deux chiens, et, comme attraction principale, le combat du singe Jacco Maccacco, déjà treize fois vainqueur, contre une chienne. »

Quoique nulle part mentionné le nom des races engagées, il faut savoir que les chiens de combat étaient généralement issus de croisements entre le Bull dog et divers Terriers, comme le Fox, le Black and Tan Terrier (ancêtre du Manchester Terrier) et surtout le Old English White Terrier (Vieux Terrier Blanc Anglais). Ces sujets, ainsi que l'écrivit Hamilton Smith en 1843 dans sa Naturalist 's Library, « étaient les plus têtus et les plus féroces qui soient » ou, selon Clifford Hubbard, dans Dogs in Britain, « étaient plus grands et plus forts que les Bull-Terriers d'aujourd'hui, et surtout avec une tête bien différente, proche de celle de l'ancien Bulldog », « des bâtards particulièrement laids », comme le précisa encore Henry Davis dans The Modern Dog Encyclopedia. Les dénominations, multiples, sous lesquelles on désignait ces chiens - Bull and Terriers Dogs, Half and Half, Pit Dogs, Pit Bulls - montraient par ailleurs quelles races avaient servi: au Bulldog jugé trop lourd, on avait adjoint du sang de Terrier, un animal considéré comme têtu et agile.

Quoi qu'il en soit, au moment où les bull baitings furent interdits en 1835 par le Parlement britannique le Bull Terrier semblait déjà proche de celui que nous connaissons aujourd'hui. Ce chien de combat, en fait, ressemblait assez à un Staffordshire Bull Terrier, aux oreilles taillées très court et d'un gabarit souvent plus important: 45 cm au garrot pour un poids de 20 kg. L'interdiction des combats d'animaux, décrétée par le gouvernement de Sa Gracieuse Majesté, ne mit toutefois pas un terme aux luttes entre chiens, et ceci pour trois raisons essentielles: on ne pouvait interdire aux Britanniques ni de posséder de tels chiens ni de leur faire pratiquer un entraînement intensif, d'autant que leur agressivité était dirigée exclusivement contre leurs congénères; enfin, il était difficile de contrôler les lieux, granges, arrière-cours de pubs ou carrières (notamment celles de Bodmin Moor en Cornouailles) où se déroulaient les combats, lesquels purent ainsi être organisés sans véritable risque jusque dans les années cinquante - certains cynophiles, tel R. Triquet, précisent même qu'il en existe encore aujourd'hui dans le nord de l'Angleterre.

C'est en 1860 qu'apparut le premier chien issu directement des Pit Dogs et digne de figurer dans des expositions. Ce White Cavalier, qui fut rapidement appelé Bull Terrier, appartenait à un dénommé James Hinks, marchand de chiens de son état et habitant Birmingham. Il s'agissait d'un sujet à la robe entièrement blanche, à la tête plus fine et plus longue que celle des autres chiens de combat. Si James Hinks ne donna jamais sa « recette » pour créer un tel chien, il ne fait toutefois guère de doute qu'il fut issu d'un croisement entre un Bulldog et un Old English White Terrier, enrichi vraisemblablement par la suite de sang de Dalmatien, ou à un degré moindre de sang de Greyhound, de Whippet, voire de Pointer.

Les cynologues ont en fait cherché à expliquer par ces différents enrichissements, au demeurant assez hypothétiques, le profil ovoïde de la race (en « ballon de rugby »), qui devait s'accentuer un peu plus tard.

Certains, tel Edward Ash dans son Practical Dog Book, mentionnèrent même un apport de Collie (Colley). J. Dhers, très célèbre cynologue français, émit quant à lui un avis fort différent de celui de ses homologues britanniques: « Si l'on retrouve chez le Bull Terrier quelque chose du Dalmatien et du Greyhound, je lui trouve assez peu de ressemblance avec les Terriers Bassets (on a parlé du Cairn et du West Highland White Terrier) et moins encore avec le Colley, dont, quoi qu'on en ait dit, la forme du crâne n'est pas celle du Lévrier. Le crâne ovoïde du Bull Terrier me paraît surtout rappeler celui du Whippet, lui-même fils de Terrier. » Et il faut admettre que l'analyse de Dhers reposait sur des faits indubitables, puisque, vers 1860, le Collie n'avait pas encore la tête longue et fine dont s'enorgueillit la race aujourd'hui, tout comme il paraît certain que l'on n'a pas suffisamment insisté sur le rôle joué par le Old English White Terrier, qui avait été abondamment croisé avec des petits Lévriers pour affiner leurs lignes.

Toujours est-il que le Bull Terrier « nouveau » attira les habitués des expositions canines et les amateurs d'originalité, en particulier une jeunesse qu'un certain esthétisme portait à sortir des sentiers battus en choisissant pour compagnon un chien qui avait été celui des mineurs de fond et des piliers de cabarets. Cette recherche d'excentricité ne manqua pas de susciter la colère et les critiques des défenseurs du Bull Terrier « ancienne manière », qui reprochaient à Hinks d'avoir fait dégénérer ce chien de combat célèbre pour en faire un sujet d'exposition à la robe blanche immaculée et à la tête élégante. Hinks proposa alors à ses détracteurs d'opposer sa chienne Pussy à n'importe quel autre Bull Terrier de combat, promettant au vainqueur pas moins de cinq livres (une belle somme à l'époque) et une caisse de champagne. La rencontre fut organisée chez Tuppers à Long Acre dans le quartier londonien de Covent Garden. En trente minutes d'un combat acharné, Pussy mit à mort son adversaire, si bien que le lendemain, tout auréolée de sa victoire et fort peu marquée par sa rencontre, la chienne obtenait son premier prix d'exposition canine.

Une belle carrière s'ouvrait pour la race. A la fin du siècle dernier, le Bull Terrier était devenu un fidèle gardien, bien élevé de surcroît, et tout naturellement son appellation de « gladiateur » fut remplacée par celle de « gentilhomme ». Quant aux anciens Bull Terriers, il ne leur restait plus que les combats clandestins, la chasse aux rats dans les écuries ou lors de compétitions chronométrées, ainsi que la chasse au blaireau et au sanglier.

A cette époque, le Bull Terrier créé par Hinks pouvait encore varier considérablement en volume, et, bien qu'une classe spéciale pour les sujets pesant moins de douze livres (environ 5,4 kg) eût été prévue à l'exposition d'Islington de 1863, les juges ne primaient encore que des chiens de grande taille. Dans son ouvrage Modern Dogs paru en 1903, Rawdon Lee s'insurgeait d'ailleurs contre une telle discrimination, puisque le Bull Terrier miniature existait dès les débuts de la race. De même, ce ne fut qu'à la fin du XIXe siècle que fut fixée la doumface, c'est-à-dire cette tête si particulière, sans aucun stop, ne présentant aucun modelé et au profil s'incurvant lentement.

Un premier coup d’arrêt allait être donné au Bull Terrier en 1895. A cette date, en effet, le roi Edouard VII demanda au Kennel Club d'interdire la coupe des oreilles, ce qui ôtait à la silhouette du Bull Terrier, jusque-là pourvue d'oreilles taillées en pointe (héritage d'une pratique courante chez les chiens de combat), une partie de son charme. Les éleveurs ne se découragèrent pas pour autant, et, par sélection, ils réussirent à produire des chiens aux oreilles naturellement droites, qui, tout au moins dans un premier temps, furent les seuls - avec ceux à oreilles serni-pliées - à être autorisés.

Les éleveurs n'avaient cependant pas gagné la partie, et ils se trouvèrent bien vite confrontés à un autre problème, qui d'ailleurs, pour l'avenir même de la race, se révéla plus préoccupant encore: un nombre important de Bull Terriers étaient atteints de surdité à la naissance. Pour endiguer la progression de cette infirmité, outre un effort d'éradication par élimition des sujets la transmettant, le standard fut en 1920 l'objet d'une révision qui mit un terme à l'exclusion des sujets blancs - il semble que la couleur blanche était liée à cette tare (bien que des généticiens aient réfuté cette thèse) -, en autorisant enfin les Bull Terrier à robe colorée. Cette décision permit non seulement de résoudre le problème de surdité mais également de régler celui de la dépigmentation envahissante, fort inesthétique, dont la race était alors fréquemment affligée. Enfin, la plus grande variété de couleurs donna un surcroît de popularité au Bull Terrier.

En 1943, après bien des vicissitudes, la variété « miniature » fut ajoutée au standard par le Kennel Club, mais elle n'en fut guère mieux diffusée pour cela. Quoique son existence fût fort ancienne - on peut lire en effet dans le catalogue de Cruft que « de petits Bull Terriers existaient au début du XIXe siècle et que le Bull Terrier miniature est issu de cet ancien petit Bull Terrier et du vieux Toy Bull Terrier » -, elle était quasiment en voie de disparition au lendemain de la Première Guerre mondiale. Dans ces conditions, les amateurs du Bull Terrier miniature n'avaient pas eu d'autre solution que d'augmenter son poids, qui fut, dans les expositions, porté à 18 livres (8,2 kg environ).

Le succès du Bull Terrier fut à son zénith après la Seconde Guerre mondiale, période durant laquelle il fut utilisé comme chien policier et comme chien de chasse au gros gibier en Afrique, parce que résistant particulièrement bien aux climats tropicaux. Depuis, le Bull Terrier s'est implanté aux Etats-Unis et dans tous les pays du Commonwealth; il est une des races préférées en Afrique du Sud, ainsi qu'en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique.

Les dernières races mises à jour

  • Jack Chi -- Jack Russell Terrier X Chihuahua

    Jack Chi Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> Mexique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Jackahuahua Jackhuahua Brève présentation du Jack Chi Le Jack Chi est un chien hybride issu du croisement du Jack Russell Terrier et du Chihuahua, et est un hybride assez nouveau sur la scène. Un...
  • Jack-A-Ranian -- Jack Russell Terrier X Spitz Toy / Pomeranian

    Jack-A-Ranian Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Jack Pom Jackaranian Pom-A-Jack Pom Jack Pap-I-Jack Brève présentation du Jack-A-Ranian Le Jack-A-Ranian fournira des heures d'amour et de divertissement avec ses bouffonneries ludiques et...
  • Ja-Chon -- Epagneul japonais X Bichon à poil frisé

    Ja-Chon Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Chine <> France / Belgique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Ja-Chon Le Ja-Chon est un chien de race hybride dont les races parentales sont l'Epagneul japonais et le Bichon à poil frisé. Le Ja-Chon peut avoir un pelage long et bouclé, ou il peut avoir un pelage court et...
  • Jacairn -- Jack Russell Terrier X Cairn Terrier

    Jacairn Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Jacairn Le Jacairn est un chien de race hybride dont les races parentales sont le Jack Russell Terrier et le Cairn Terrier. C'est un chien nécessitant peu d'entretien qui n'a besoin que d'un toilettage peu fréquent...
  • Italian Tzu -- Petit Lévrier italien X Shih-Tzu

    Italian Tzu Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Tibet -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Tzu L'Italian Tzu est un chien de race hybride. Ses parents sont le Petit Lévrier italien et le Shih Tzu. L'Italian Tzu devrait être un chien nécessitant peu d'entretien et nécessitant un toilettage peu...
  • Italian Papihound -- Petit Lévrier italien X Epagneul nain continental

    Italian Papihound Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> France et Belgique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Papihound L'Italian Papihound est un chien hybride. Ses races parentales sont le Petit Lévrier italien et l'Epagneul nain continental. La race parentale Petit Lévrier italien est affectueuse...
  • Italian Mastweiler -- Cane Corso X Rottweiler

    Italian Mastweiler Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Mastweiler L'Italian Mastweiler est une combinaison du Cane Corso et du Rottweiler. Etant donné que ces deux chiens sont grands, votre Italian Mastweiler sera également grand et devrait peser environ...
  • Italian Grey Min Pin -- Petit Lévrier italien X Pinscher nain

    Italian Grey Min Pin Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Italian Grey Pinscher Brève présentation de l'Italian Grey Min Pin L'Italian Grey Min Pin est un mélange du Petit Lévrier italien et du Pinscher nain. Ce sont deux races jouets avec des...
  • Italian Greyhuahua -- Petit Lévrier italien X Chihuahua

    Italian Greyhuahua Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Mexique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Greyhuahua Si vous aimez les petites boules d'énergie, l'Italian Greyhuahua est peut-être le chien qu'il vous faut. Développé à partir du Chihuahua et du Petit Lévrier italien, l'Italian...
  • Italian Greagle -- Petit Lévrier italien X Beagle

    Italian Greagle Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Greagle L'Italian Greagle est un croisement entre un Petit Lévrier italien et un Beagle. Les origines exactes de ce petit chien sont inconnues, mais beaucoup de gens pensent que Kelly et...
  • Italian Daniff -- Cane Corso X Dogue allemand

    Italian Daniff Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Daniff L'Italian Daniff est un croisement spécifique entre le Cane Corso et le Dogue allemand. Ce chien massif mesure de 89 à 91,5 centimètres aux épaules et pèse de 52 à 59 kilos. La taille même du chien...
  • Italian Cavalier Greyhound -- Petit Lévrier italien X Cavalier King Charles Spaniel

    Italian Cavalier Greyhound Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Cavalier Greyhound L'Italian Cavalier Greyhound est un petit chien affectueux et amical dont les races parentales sont le Petit Lévrier italien et le Cavalier King Charles...
  • Italian Bulldogge -- Mâtin napolitain X Olde English Bulldogge

    Italian Bulldogge Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> Italie -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Bulldogge Puissant, intimidant et grand protecteur, l'Italian Bulldogge est un chien de race géante qui est un croisement entre le Mâtin napolitain et le Olde English Bulldogge. Ces...
  • Italian-Bichon -- Petit Lévrier italien X Bichon à poil frisé

    Italian-Bichon Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine France / Belgique <> Italie -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian-Bichon Petit chien de garde, l'Italian-Bichon est un compagnon alerte, loyal et joueur que l'on peut souvent confondre avec un Jack Russell Terrier, malgré cette idée fausse,...
  • Standard Irish Wolf Schnauzer -- Schnauzer X Lévrier irlandais

    Standard Irish Wolf Schnauzer Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Allemagne <> Irlande -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Standard Irish Wolf Schnauzer Le Standard Irish Wolf Schnauzer est un chien de croisement spécifique entre un Schnauzer et un Lévrier irlandais. Ce sont des chiens intelligents et affectueux qui...
  • Irish Wolfoodle -- Lévrier irlandais X Caniche

    Irish Wolfoodle Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> France -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Wolfoodle Un gentil géant, l'Irish Wolfoodle est un hybride affectueux et intelligent qui est un croisement entre le noble Lévrier irlandais et le Caniche standard à l'esprit vif. Ces hybrides à poil...
  • Irish Saint Terrier -- Terrier irlandais X Chien du Saint-Bernard

    Irish Saint Terrier Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> Suisse -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Irish Bernard Terrier Brève présentation de l'Irish Saint Terrier L'Irish Saint Terrier est une race hybride qui est un mélange du Terrier irlandais et du Chien du Saint-Bernard. Les deux races...
  • Irish Russian Spanterrier -- Epagneul d'eau irlandais X Terrier noir russe

    Irish Russian Spanterrier Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> Russie -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Russian Spanterrier L'Irish Russian Spanterrier est un hybride très rare, en partie parce que les deux races parentales, l'Epagneul d'eau irlandais et le Terrier noir russe, sont elles-mêmes...
  • Irish Mastiff -- Lévrier irlandais X Mastiff

    Irish Mastiff Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Mastiff L'Irish Mastiff est l'hybride de deux des races canines les plus grandes et les plus hautes connues de l'homme, le Mastiff, également connu sous le nom de Mastiff anglais, et le Lévrier...
  • Irish Doodle -- Setter irlandais rouge X Caniche

    Irish Doodle Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> France -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Irish Doodle SetterIrish Poo SetterIrish SetterdoodleIrish Setterpoo Brève présentation de l'Irish Doodle L'Irish Doodle est une race hybride intentionnelle de chien. Ils sont un croisement entre deux...
  • Irish Dobe Setter -- Setter irlandais rouge X Dobermann

    Irish Dobe Setter Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Dobe Setter L'Irish Dobe Setter est un chien de croisement intentionnel entre le chien de chasse irlandais insouciant, le Setter irlandais rouge et le Dobermann, un chien de protection...
  • Irish Dane -- Lévrier irlandais X Dogue allemand

    Irish Dane Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Dane Les Irish Dane sont des animaux imposants au grand coeur, au propre comme au figuré. Ce sont des créatures douces et sociales qui apprécient beaucoup la compagnie. Ils aiment rester actifs et...
  • Irish Bostetter -- Setter irlandais rouge X Terrier de Boston

    Irish Bostetter Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> U.S.A. -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Bostetter Les Irish Bostetters sont des animaux de compagnie doux, intelligents et enjoués qui aiment être actifs et passer du temps avec les autres. Leur durée de vie est moyenne pour les races...
  • Imo-Inu -- American Eskimo Dog X Shiba

    Imo-Inu Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine U.S.A. <> Japon -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Imo-Inu L'Imo-Inu est un croisement spécifique de deux races très intelligentes et fidèles : l'American Eskimo Dog et le Shiba. Ces animaux de compagnie sont axés sur les gens et aiment rester actifs. Leur durée de vie est...
  • Husky Jack -- Husky de Sibérie X Jack Russell Terrier

    Husky Jack Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Sibérie <> Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Husky Jack Le Husky Jack est un croisement énergique d'un Husky de Sibérie et d'un Jack Russell Terrier. Ces chiots actifs sont audacieux, loyaux et affectueux. Ils sont de taille moyenne avec une durée de...