Bouvier bernois

Standard FCI Nº 45

Origine
Suisse
Traduction
Dr. J.-M. Paschoud et Prof. R. Triquet
Groupe
Groupe 2 Chiens de type Pinscher et Schnauzer - Molossoïdes - Chiens de montagne et de bouvier suisse
Section
Section 3 Chiens de montagne et de bouvier suisse
Epreuve
Sans épreuve de travail
Reconnaissance à titre définitif par la FCI
lundi 26 juillet 1954
Publication du standard officiel en vigueur
mardi 25 mars 2003
Dernière mise à jour
lundi 05 mai 2003
In English, this breed is said
Bernese Mountain Dog
Auf Deutsch, heißt diese Rasse
Berner Sennenhund
En español, esta raza se dice
Boyero de Montaña Bernés
In het Nederlands, wordt dit ras gezegd
Berner Sennenhond

Utilisation

A l’origine, utilisé dans les fermes du canton de Berne comme chien de garde, de trait et de bouvier, aujourd’hui aussi chien d’utilité polyvalent et chien de famille.

Bref aperçu historique

Le Bouvier Bernois est un chien d’origine ancestrale qui, dans les pré-Alpes bernoises et dans les campagnes du centre du canton de Berne était utilisé comme chien de garde, de trait et de troupeaux. On l’appelait à l’origine “Dürrbächler” du nom du hameau et de l’auberge de Dürrbach près de Riggisberg, où ce bouvier tricolore à poil long était spécialement répandu. Dès 1902, 1904 et 1907, des sujets de cette race furent présentés à des expositions canines. En 1907, quelques éleveurs de la région de Berthoud (Burgdorf) décidèrent de promouvoir l’élevage de pure race de ce bouvier autochtone en fondant le “Club suisse du Dürrbächler” et en fixant lesýtraits caractéristiques de la race dans un premier standard.
En 1910, à Berthoud, lors d’une exposition canine, les agriculteurs de la région réussirent déjà à présenter 107 sujets. Dès ce jour, ce chien rebaptisé “Bouvier Bernois” à la suite de l’exemýle des autres races de chiens de bouviers suisses, se répandit rapidement dans toute la Suisse et en Allemagne du Sud. Aujourd’hui, le Bouvier Bernois est connu et apprécié dans le monde entier grâce à sa robe tricolore aux marques et taches bien réparties, à ses facultés d’adaptation et à ses qualités de chien de famille.

Aspect général

Chien d’utilité à poil long, tricolore, puissant, souple, harmonieux, bien proportionné, aux membres vigoureux et dont la taille est supérieure à la moyenne.

Proportions importantes

Rapport hauteur au garrot : longueur du corps (mesurée de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse) = environ 9 :10 ; plutôt compact qu’allongé.
Dans le cas idéal, la hauteur au garrot se rapporte à la hauteur de la poitrine comme 2 : 1.

Comportement / caractère

Bien équilibré, attentif, vigilant et sans peur dans les circonstances de la vie de tous les jours, il est d’un bon naturel et fidèle envers ses familiers, sûr de lui et pacifique envers des étrangers, de tempérament moyen et docile.

Tête

Région crânienne

Tête
Puissante ; son volume est en harmonie avec l’ensemble ; pas trop lourde.
Crâne
De face et de profil peu bombé. Sillon frontal peu marqué. 
Stop
Dépression crânio-faciale bien marquée, sans être trop prononcée.

Région faciale

Truffe
Noire.
Museau
Puissant, de longueur moyenne.
Lèvres
Bien appliquées, noires.
Chanfrein
Droit.
Mâchoires et dents
Denture complète et robuste avec articulé en ciseaux. Les M3 ne sont pas prises en considération. Articulé en pince toléré.
Yeux
Brun foncé, en forme d’amandes, avec paupières qui épousent bien la forme du globe oculaire. Ni trop enfoncés dans les orbites, ni saillants. Les paupières lâches sont un défaut.
Oreilles
De forme triangulaire, s’arrondissant légèrement vers leur extrémité, attachées haut, de grandeur moyenne, au repos, tombantes et bien accolées à la tête. Quand le chien est attentif, la partie postérieure de l’attache se relève, tandis que me bord antérieur de l’oreille reste bien accolé à la joue.

Cou

Vigoureux, musclé, de longueur moyenne.

Corps

Ligne du dessus
A partir du cou elle descend légèrement pour se fondre harmonieusement dans le garrot ; ensuite elle est droite et horizontale.
Dos
Solide, droit et horizontal.
Rein
Large et solide. Vu de dessus, le rein est légèrement plus étroit que la poitrine.
Croupe
Légèrement arrondie.
Poitrine
Large et bien descendue, elle atteint la hauteur du coude. Le poitrail est bien développé. La cage thoracique est aussi longue que possible ; sa coupe transversale est d’un ovale arrondi.
Ligne du dessous
Elle remonte légèrement depuis le bas du thorax en direction des membres postérieurs.

Queue

Touffue, atteignant au moins le jarret. Portée basse au repos, elle se relève à la hauteur du dos ou un peu plus haut quand le chien est en action.

Membres

Forte ossature.

Membres antérieurs

Généralités
Vus de face, les antérieurs sont d’aplomb et bien parallèles, plutôt écartés.
Epaules
Omoplates longues, fortes et obliques, formant avec le bras un angle pas trop ouvert, bien attachées, fortement musclées.
Bras
Long, oblique.
Coudes
Bien au corps, tournés ni en dedans ni en dehors.
Avant-bras
Robuste, droit.
Métacarpe
Vu de profil presque vertical, ferme : vu de face en prolongement vertical de l’avant-bras.
Pieds antérieurs
Courts, arrondis, aux doigts serrés et cambrés, tournés ni en dedans ni en dehors.

Membres postérieurs

Généralités
Vus de derrière droits et parallèles, pas trop serrés.
Cuisses
Longue, large, puissante et bien musclée.
Grassets
Bien angulé.
Jambes
Longue. Bien oblique.
Jarret
Bien coudé, vigoureux.
Métatarse
Presque vertical. Les ergots doivent être éliminés, sauf dans les pays, où leur excision est interdite par la loi.
Pieds postérieurs
Un peu moins cambrés que les antérieurs ; tournés ni dedans ni en dehors.

Allures

Mouvement couvrant beaucoup de terrain, facile et régulier à toutes les allures ; enjambées dégagées et de grande amplitude avec bonne poussée de l’arrière-main ; au trot, vus de face ou de derrière, les membres se portent en avant en ligne droite.

Robe

Qualité du poil
Long et brillant, lisse ou légèrement ondulé.
Couleur du poil
Fond de couleur noir soutenu, avec des marques feu (brun-rouge foncé) sur les joues, au-dessus des yeux, sur les quatre membres et à la poitrine avec des marques blanches comme suit :
Marques blanches en tête, nettement délimitées et symétriques : liste qui, vers la truffe, s’élargit des deux côtés du chanfrein pour dessiner le blanc du museau ; en largeur, la liste ne devrait pas aller jusqu’aux marques feu au-dessus des yeux, et le blanc au museau ne devrait pas dépasser l’angle de la bouche vers la joue.
Plage blanche ininterrompue et modérément large sur le cou et le poitrail.
Recherché : Pieds blancs. Pointe de la queue blanche.
Toléré : Petite tache blanche à la nuque. Petite tache blanche sous la queue.

Taille et poids

Hauteur au garrot
Pour les mâles de 64 à 70 cm au garrot, taille idéale de 66 à 68 cm et pour les femelles de 58 à 66 cm au garrot, taille idéale de 60 à 63 cm.

Défauts

• Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien-être du chien et sa capacité à accomplir son travail traditionnel.
• Les défauts doivent être listés en fonction de leur gravité.

Défauts généraux

 Comportement mal assuré.
 Ossature grêle.
 Position irrégulière des incisives, l’occlusion restant correcte.
 Absence d’autres dents qu’au maximum 2 PM1 (prémolaires 1) ; les M3 (molaires 3) ne sont pas prises en considération.
 Poil nettement bouclé.
 Couleurs et marques non conformes.
 Absence de blanc en tête.
 Liste trop large et /ou blanc du museau dépassant nettement la commissure des lèvres.
 Collier blanc.
 Grande tache blanche à la nuque (sa plus grande dimension dépassant 6 cm).
 Tache blanche sous la queue dont la plus grande dimension dépasse 6 cm.
 Balzanes aux membres antérieurs qui dépassent nettement le milieu du métacarpe (bottes).
 Marques asymétriques disgracieuses en tête et/ou au poitrail.
 Taches ou rayures noires dans le blanc du poitrail.
 Blanc maculé (taches fortement pigmentées).
 Couleur de fond noire tirant sur le brun ou le rouge.

Défauts entrainant l’exclusion

 Chien agressif, peureux ou craintif.
 Nez fendu.
 Prognathisme supérieur ou inférieur, arcade incisive déviée.
 Un œil ou les deux yeux bleus (œil vairon).
 Entropion, ectropion.
 Queue cassée, queue enroulée.
 Poil court ou poil double.
 Robe non tricolore.
 Fond de robe autre que noir.

NB :

• Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.
• Les défauts mentionnés ci-dessus, lorsqu'ils surviennent à un degré très marqué ou fréquent, sont éliminatoires.
• Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.
• Seuls les chiens sains et capables d’accomplir les fonctions pour lesquelles ils ont été sélectionnés, et dont la morphologie est typique de la race, peuvent être utilisés pour la reproduction.

Bibliographie

http://www.fci.be/

Historique détaillé

Le Bouvier Bernois est le plus connu des quatre races de Bouviers suisses. Utilisé depuis des siècles comme auxiliaire par les vachers des alpages helvétiques, ce grand chien tricolore est également devenu, en Suisse comme à l'étranger, un animal de compagnie docile et séduisant.

On a longtemps affirmé que le Bouvier Bernois était un descendant du Dogue du Tibet, qui aurait été implanté en Suisse soit lors de la conquête romaine ; •les armées de César emmenaient avec elles des chiens de type Dogue du Tibet ; soit lors des invasions barbares. La mise au jour, dans le camp militaire romain de Vindonissa, d'une lampe d'argile sur laquelle était représenté un chien à poil long et à fouet relevé évoquant immanquablement le Bouvier Bernois accréditait d'ailleurs cette hypothèse. Depuis quelques années, toutefois, les cynologues, non sans prudence, ont fait remarquer que ce vestige, aussi intéressant qu'il fût, ne permettait pas d'évaluer la taille du chien et encore moins de comprendre les raisons d'une telle reproduction.

En 1924, la découverte de crânes de chiens comparables à celui du Bernois (c'est-à-dire de 180 à 205 millimètres de longueur), dans un village lacustre sur les bords du lac de Zurich, allait tout remettre en cause en renforçant l’idée de nombreux scientifiques selon laquelle ces grands chiens étaient vraisemblablement originaires de Suisse. Le Bouvier Bernois, sans qu'on puisse lui donner un âge précis, serait en fait une très vieille race indigène dont l'implantation était bien antérieure aux conquêtes romaines ou barbares. Ainsi Margret Bârtschi, spécialiste de la race, écrivait : « Le seul fait certain à retenir, c'est que ces chiens existaient dans nos régions déjà quatre mille ans avant J. -C. et que, à une époque située entre 1000 et 600 avant J. -C., l'on trouvait ici des chiens de la taille du Bouvier Bernois. »

A partir de ces chiens au gabarit imposant, les Suisses allaient procéder pendant plusieurs siècles à divers croisements qui devaient aboutir au Bouvier Bernois que nous connaissons aujourd'hui. Cette évolution fut intimement liée à l'histoire helvétique depuis le Moyen Age, époque durant laquelle les territoires situés dans les Préalpes des régions de Schwarzenburg, de l'Emmental, de Berne et de Burgdorf étaient aux mains de la noblesse et du clergé, qui avaient distribué les terres aux paysans. Grâce à la richesse du sol et à une conjoncture politique sans grand bouleversement, ces derniers allaient peu à peu acquérir une aisance sans comparaison avec les conditions de vie des populations rurales des autres régions. Cette opulence, devenue bien vite légendaire, attira vagabonds, mendiants et mercenaires sans le sou, à telle enseigne que les habitants, craignant vols ou incendies criminels, sélectionnèrent des chiens capables de protéger leurs biens, c'est-à-dire des Bouviers Bernois.

Mais, comme le nom de Bouvier l'indique, ces chiens allaient se révéler aussi d'excellents auxiliaires pour les vachers. En effet, dès le Moyen Age, une place prépondérante dans la vie de la communauté était occupée par les éleveurs de bovins. Employés tout d'abord par les nobles dont ils faisaient paître les bêtes sur des alpages affermés, ils devinrent au XVIe siècle propriétaires des troupeaux et furent par là même autorisés à vendre les produits qu'ils tiraient de l'élevage. Lorsque l'automne venait, ils descendaient dans les vallées pour y abriter leurs troupeaux et, accompagnés de leurs chiens, ils y louaient un logement pour l'hiver. Ainsi, les Bouviers Bernois n'eurent pas seulement à défendre les hommes, ils eurent également pour mission de garder et de protéger le bétail dans les étables.

La troisième et dernière tâche qui fut confiée au Bouvier Bernois fut celle de chien de laiterie. Au milieu du XIXe siècle, suite à la réputation dont bénéficiait la Suisse dans toute l'Europe pour la qualité de ses produits, les troupeaux connurent un essor considérable, et les fromageries s'installèrent dans les plaines. Les paysans prirent alors conscience des ressources importantes que leurs chiens pouvaient leur apporter; c'est ainsi qu'ils leur apprirent très vite à tirer des petites charrettes pour transporter les bidons de lait de la ferme à la fromagerie la plus proche.

Après cette apogée, le Bouvier Bernois ne tarda pas à connaître un net déclin, avec l'industrialisation du pays et l'intensification des échanges internationaux durant la seconde moitié du XIXe siècle. La reconversion de ce chien devint donc indispensable, sous peine de disparition. Malheureusement, si, à l'instar de celle des autres pays européens, la cynophilie suisse commençait à faire de plus en plus d'adeptes, elle allait avantager un autre type de chien, également suisse et de la région bernoise, le Saint-Bernard, dont les marques rouges ou jaunes attiraient davantage les acheteurs que la robe tricolore du Bernois. Plus grave encore, les croisements multiples de Bouviers Bernois avec des Leonbergs et des Terre-Neuve, deux races qui étaient régulièrement importées en Suisse, eurent pour conséquence d'appauvrir le cheptel.

Il fallut attendre 1899 et la création de la première association cynologique suisse, appelée la Berna, pour que le Bouvier Bernois sorte enfin de l'ombre. En 1902, une manifestation organisée sous l'égide de cet organisme cynophile rassembla plus de 320 chiens de races diverses. Elle fut commentée ainsi par un journal local : « Cette exposition comportait même une classe d'essai. C'était celle des Dûrrbâchlers (nom que l'on avait donné aux Bernois à l'époque), un type de chien qui joue, dans le canton de Berne, à peu près le même rôle que celui que joue, dans le canton d'Appenzell, le Bouvier du même nom. » Deux ans plus tard, sous la houlette d'un restaurateur de Berne nommé Fritz Probst, une nouvelle exposition réunissant 6 Bouviers Bernois fut organisée, qui aboutit à l'inscription de la race au Livre des origines suisse-et à sa reconnaissance officielle, après que Fritz Probst, nommé juge, eut décerné quatre prix aux Bernois.

C'est à cette époque, également, que le professeur Heim, de l’Institut de géologie de Zurich, s'intéressa à ces chiens. Eleveur de Terre-Neuve, il fut conquis à son tour par les Bouviers suisses, dont il appréciait les aptitudes, et il entreprit d'en accroître la popularité tout en renforçant leurs qualités. C'est le professeur Heim, notamment, qui expliqua aux éleveurs que ces chiens ne devaient pas avoir la truffe fendue, une particularité que présentaient certains sujets au début du siècle et que nombre d'éleveurs souhaitaient encourager.

En 1907, soutenus par la presse spécialisée, les éleveurs fondèrent le Club suisse du chien de Dûrrbâch pour l'amélioration de la race, qui, dès l'année suivante, fut en mesure de présenter au professeur Heim, devenu juge officiel, 22 Dûrrbâchlers. L'éminent cynologue suggéra alors de baptiser la race Bouvier Bernois, afin de l'insérer plus aisément dans la famille des Bouviers suisses ; Bouvier d'Appenzell, Bouvier de l'Entlebuch et Grand Bouvier Suisse. Mais, désireux de garder le nom initial (Dûrrbâchler voulant dire chien de Dûrrbâch, du nom d'un hameau où ces chiens étaient nombreux), les éleveurs refusèrent, et il fallut attendre 1913 et la demande de la Société cynologique suisse pour que cette appellation devienne définitive et officielle.

Jusqu'à la fin des années vingt, le professeur Heim multiplia les rencontres entre éleveurs pour uniformiser les Bouviers Bernois présents en Suisse, certains chiens présentant, en effet, des écarts de taille considérables. Petit à petit, les amateurs admirent une variation de 6 centimètres - tout d'abord de 62 à 68 cm, puis, à partir de 1975, de 64 à 70 cm -, variation qui, selon le professeur Heim, était peu importante, l'essentiel étant l'apparence « naturelle » de l'animal.

Lorsque le standard fut connu de tous et le contrôle de l'élevage rigoureusement organisé, le Bouvier Bernois fit la conquête de nombreux cynophiles étrangers, et notamment français. Ainsi, on compte aujourd'hui un peu plus de 500 sujets dans l'Hexagone.

Outre ses fonctions auprès du troupeau, le Bouvier Bernois était apprécié jadis pour ses qualités de gardien. Aujourd'hui, ses allures de protecteur tranquille le font rechercher par de nombreuses familles comme chien de compagnie. Pour remplir avec succès toutes ces tâches, un chien doit être équilibré, et le Bouvier Bernois l'est presque naturellement. Gardant toujours l'œil sur les membres de la famille, il observe paisiblement tout ce qui se passe autour de lui. Il connaît naturellement les limites de son territoire, et l'approche d'un inconnu est systématiquement signalée par un aboiement grave et net. Lorsque son maître est présent, le Bouvier Bernois accompagne l'étranger jusqu'à la maison et reste dans les parages pour observer le comportement du nouveau venu.

L'instinct de garde est chez lui très prononcé. Il défendra de lui-même la propriété ou les biens de son maître s'il estime qu'ils sont menacés. Cette disposition peut, bien entendu, être renforcée par un dressage spécialisé, en vue de l'obtention du brevet de « chien de défense ». Il convient toutefois d'être vigilant, car certains exercices peuvent faire naître ou accroître l'agressivité chez un sujet mal équilibré. De plus, le Bouvier Bernois n'est pas toujours un tendre, contrairement à l'image de nounours affectueux qu'on lui prête volontiers. Un éleveur français, dont les propos ne furent pas du goût de ses pairs, confiait ainsi il y a quelques années qu'il était déconseillé de laisser un étranger approcher la main du Bernois pour le caresser. Le plus souvent, la prise de contact se déroule très amicalement, mais, parfois, certains sujets n'apprécient guère une telle familiarité. C'est que le Bouvier Bernois a gardé une personnalité entière, et il convient de ne pas confondre avec une peluche cet animal fier, imposant et solide qui n'a rien du chien purement décoratif.

Si le Bernois ne chassait jadis ni les poules ni les chats dans les cours de ferme, c'est qu'il avait appris ce qui était utile à ses maîtres. La tolérance dont il faisait preuve était le fruit d'une lente adaptation à son environnement. Il serait illusoire de penser qu'un Bouvier Bernois plongé dans la vie citadine ou semi-rurale d'aujourd'hui puisse d'emblée adopter la même attitude. Il a besoin d'être éduqué, d'apprendre en quelques mois ce que ses ancêtres ont appris au cours des siècles. Il saura ainsi rester tranquille lorsqu'il croisera un autre animal dans la rue ou modérer ses instincts de garde pour ne pas importuner les visiteurs du foyer familial.

Pour garder un Bouvier Bernois en forme, la meilleure attitude consiste à lui confier des responsabilités. En effet, la grande disponibilité de cet animal le conduit à apprécier toute mission pourvu qu'elle lui permette de se sentir utile. Cet ancien chien de laiterie est bien entendu capable de tirer de petites charrettes pour amuser les enfants ou pour rendre un service, comme porter ou ramener un objet, mais ce n'est pas pour autant un chien de traîneau.

Sa robustesse et sa rusticité permettent au Bouvier Bernois de vivre en plein air, pour peu qu'il dispose d'une niche qui le protège des intempéries. Mais il ne doit pas rester trop souvent seul, toute une journée, dans un chenil ou attaché à une chaîne. Il lui faut beaucoup d'espace, et, si l'on n'est pas en mesure de le sortir fréquemment et longtemps, un jardin est nécessaire.

Il a besoin de voir son maître, de jouer avec lui, de l'accompagner. S'il souffre de la solitude, ce chien deviendra dès son plus jeune âge anormalement méfiant, voire agressif. Et même s'il sait obéir à tous les membres de la famille, il supportera difficilement les changements trop fréquents de propriétaires. Avec les enfants, le Bouvier Bernois joue à merveille le rôle de protecteur. Mais il est conseillé d'acquérir un chien de ce gabarit lorsqu'il est tout petit car devenu adulte, le Bouvier Bernois aura pris l'habitude de ralentir son rythme en présence de l'enfant.

Le poil du Bouvier Bernois s'entretient très facilement. Il suffit de le brosser une dizaine de minutes par jour, surtout s'il vit la plupart du temps à l'extérieur. Bien nourri et bien entretenu, il se révélera un compagnon agréable, d'autant que, depuis la fin des années septante, les éleveurs se sont attachés à le rendre plus sociable que ses ancêtres du début du siècle. A cette fin, le Club suisse de la race a introduit des examens de caractère pour les sujets destinés à la reproduction. Les chiens méfiants et craintifs, qui, dans les fermes d'autrefois, faisaient certainement d'excellents gardiens mais risqueraient aujourd'hui de se révéler gênants, ont ainsi presque totalement disparu, au profit d'animaux sociables et équilibrés qui font le bonheur de leurs propriétaires.

Les dernières races mises à jour

  • Jafox -- Epagneul japonais X Toy Fox Terrier

    Jafox Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Chine <> U.S.A. -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Jafox Le Jafox, également connu sous le nom de Toy Jafox, est un chien de croisement spécifique de la taille d'un jouet qui est un mélange de l'Epagneul japonais et du Toy Fox Terrier. Ce petit chien ne pèse généralement pas plus...
  • Jackweiler -- Jack Russell Terrier X Rottweiler

    Jackweiler Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Jackweiler Le chien Jackweiler est une nouvelle race de croisement spécifique issue d'un Jack Russell Terrier et d'un Rottweiler. Ce sont des chiens loyaux et intelligents qui auront des apparences et...
  • Jack-Rat Terrier -- Jack Russell Terrier X Rat Terrier

    Jack-Rat Terrier Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> U.S.A. -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Jack-Rat Terrier Le Jack-Rat Terrier, également connu sous le nom de Jersey Terrier, est un mélange hybride entre le Rat Terrier et le Jack Russell Terrier. Ce chien fougueux est plein d'énergie,...
  • Jackie-Bichon -- Jack Russell Terrier X Bichon à poil frisé

    Jackie-Bichon Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> France / Belgique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Jackie-Bichon Le Jackie-Bichon est un hybride qui combine les traits de deux races parentales uniques : le Jack Russell Terrier et le Bichon à poil frisé. C'est une petite race qui a tendance à...
  • Jack Highland Terrier -- Jack Russell Terrier X West Highland White Terrier

    Jack Highland Terrier Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Jack Highland Terrier Le Jack Highland Terrier est un hybride issu du croisement d'un Jack Russell Terrier et d'un West Highland White Terrier. Les deux races parentales partagent des traits de...
  • Jack Chi -- Jack Russell Terrier X Chihuahua

    Jack Chi Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> Mexique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Jackahuahua Jackhuahua Brève présentation du Jack Chi Le Jack Chi est un chien hybride issu du croisement du Jack Russell Terrier et du Chihuahua, et est un hybride assez nouveau sur la scène. Un...
  • Jack-A-Ranian -- Jack Russell Terrier X Spitz Toy / Pomeranian

    Jack-A-Ranian Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Jack Pom Jackaranian Pom-A-Jack Pom Jack Pap-I-Jack Brève présentation du Jack-A-Ranian Le Jack-A-Ranian fournira des heures d'amour et de divertissement avec ses bouffonneries ludiques et...
  • Ja-Chon -- Epagneul japonais X Bichon à poil frisé

    Ja-Chon Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Chine <> France / Belgique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Ja-Chon Le Ja-Chon est un chien de race hybride dont les races parentales sont l'Epagneul japonais et le Bichon à poil frisé. Le Ja-Chon peut avoir un pelage long et bouclé, ou il peut avoir un pelage court et...
  • Jacairn -- Jack Russell Terrier X Cairn Terrier

    Jacairn Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Jacairn Le Jacairn est un chien de race hybride dont les races parentales sont le Jack Russell Terrier et le Cairn Terrier. C'est un chien nécessitant peu d'entretien qui n'a besoin que d'un toilettage peu fréquent...
  • Italian Tzu -- Petit Lévrier italien X Shih-Tzu

    Italian Tzu Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Tibet -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Tzu L'Italian Tzu est un chien de race hybride. Ses parents sont le Petit Lévrier italien et le Shih Tzu. L'Italian Tzu devrait être un chien nécessitant peu d'entretien et nécessitant un toilettage peu...
  • Italian Papihound -- Petit Lévrier italien X Epagneul nain continental

    Italian Papihound Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> France et Belgique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Papihound L'Italian Papihound est un chien hybride. Ses races parentales sont le Petit Lévrier italien et l'Epagneul nain continental. La race parentale Petit Lévrier italien est affectueuse...
  • Italian Mastweiler -- Cane Corso X Rottweiler

    Italian Mastweiler Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Mastweiler L'Italian Mastweiler est une combinaison du Cane Corso et du Rottweiler. Etant donné que ces deux chiens sont grands, votre Italian Mastweiler sera également grand et devrait peser environ...
  • Italian Grey Min Pin -- Petit Lévrier italien X Pinscher nain

    Italian Grey Min Pin Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Italian Grey Pinscher Brève présentation de l'Italian Grey Min Pin L'Italian Grey Min Pin est un mélange du Petit Lévrier italien et du Pinscher nain. Ce sont deux races jouets avec des...
  • Italian Greyhuahua -- Petit Lévrier italien X Chihuahua

    Italian Greyhuahua Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Mexique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Greyhuahua Si vous aimez les petites boules d'énergie, l'Italian Greyhuahua est peut-être le chien qu'il vous faut. Développé à partir du Chihuahua et du Petit Lévrier italien, l'Italian...
  • Italian Greagle -- Petit Lévrier italien X Beagle

    Italian Greagle Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Greagle L'Italian Greagle est un croisement entre un Petit Lévrier italien et un Beagle. Les origines exactes de ce petit chien sont inconnues, mais beaucoup de gens pensent que Kelly et...
  • Italian Daniff -- Cane Corso X Dogue allemand

    Italian Daniff Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Daniff L'Italian Daniff est un croisement spécifique entre le Cane Corso et le Dogue allemand. Ce chien massif mesure de 89 à 91,5 centimètres aux épaules et pèse de 52 à 59 kilos. La taille même du chien...
  • Italian Cavalier Greyhound -- Petit Lévrier italien X Cavalier King Charles Spaniel

    Italian Cavalier Greyhound Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Cavalier Greyhound L'Italian Cavalier Greyhound est un petit chien affectueux et amical dont les races parentales sont le Petit Lévrier italien et le Cavalier King Charles...
  • Italian Bulldogge -- Mâtin napolitain X Olde English Bulldogge

    Italian Bulldogge Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> Italie -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Bulldogge Puissant, intimidant et grand protecteur, l'Italian Bulldogge est un chien de race géante qui est un croisement entre le Mâtin napolitain et le Olde English Bulldogge. Ces...
  • Italian-Bichon -- Petit Lévrier italien X Bichon à poil frisé

    Italian-Bichon Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine France / Belgique <> Italie -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian-Bichon Petit chien de garde, l'Italian-Bichon est un compagnon alerte, loyal et joueur que l'on peut souvent confondre avec un Jack Russell Terrier, malgré cette idée fausse,...
  • Standard Irish Wolf Schnauzer -- Schnauzer X Lévrier irlandais

    Standard Irish Wolf Schnauzer Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Allemagne <> Irlande -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Standard Irish Wolf Schnauzer Le Standard Irish Wolf Schnauzer est un chien de croisement spécifique entre un Schnauzer et un Lévrier irlandais. Ce sont des chiens intelligents et affectueux qui...
  • Irish Wolfoodle -- Lévrier irlandais X Caniche

    Irish Wolfoodle Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> France -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Wolfoodle Un gentil géant, l'Irish Wolfoodle est un hybride affectueux et intelligent qui est un croisement entre le noble Lévrier irlandais et le Caniche standard à l'esprit vif. Ces hybrides à poil...
  • Irish Saint Terrier -- Terrier irlandais X Chien du Saint-Bernard

    Irish Saint Terrier Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> Suisse -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Irish Bernard Terrier Brève présentation de l'Irish Saint Terrier L'Irish Saint Terrier est une race hybride qui est un mélange du Terrier irlandais et du Chien du Saint-Bernard. Les deux races...
  • Irish Russian Spanterrier -- Epagneul d'eau irlandais X Terrier noir russe

    Irish Russian Spanterrier Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> Russie -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Russian Spanterrier L'Irish Russian Spanterrier est un hybride très rare, en partie parce que les deux races parentales, l'Epagneul d'eau irlandais et le Terrier noir russe, sont elles-mêmes...
  • Irish Mastiff -- Lévrier irlandais X Mastiff

    Irish Mastiff Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Mastiff L'Irish Mastiff est l'hybride de deux des races canines les plus grandes et les plus hautes connues de l'homme, le Mastiff, également connu sous le nom de Mastiff anglais, et le Lévrier...
  • Irish Doodle -- Setter irlandais rouge X Caniche

    Irish Doodle Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> France -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Irish Doodle SetterIrish Poo SetterIrish SetterdoodleIrish Setterpoo Brève présentation de l'Irish Doodle L'Irish Doodle est une race hybride intentionnelle de chien. Ils sont un croisement entre deux...