Braque hongrois à poil court

Standard FCI Nº 57

Origine
Hongrie
Traduction
Dr. J-M. Paschoud et Prof. R.Triquet
Groupe
Groupe 7 Chiens d'arrêt
Section
Section 1.1 Chiens d’arrêt continentaux, type « braque »
Epreuve
Avec épreuve de travail (plaine et eau)
Reconnaissance à titre définitif par la FCI
jeudi 12 août 1954
Publication du standard officiel en vigueur
jeudi 06 avril 2000
Dernière mise à jour
mercredi 13 septembre 2000
In English, this breed is said
Hungarian short haired pointer
Auf Deutsch, heißt diese Rasse
Kurzhaariger Ungarischer Vorstehhund
En español, esta raza se dice
Braco húngaro de pelo corto
In het Nederlands, wordt dit ras gezegd
Kortharige Hongaarse staande hond
Cette race est aussi connue sous
Rövidszörü Magyar Vizsla

Utilisation

Le Vizsla est un chien de chasse polyvalent qui doit travailler aussi en plaine qu’au bois et à l’eau. Il possède les aptitudes typiques suivantes : un nez excellent, un arrêt ferme, des dispositions remarquables pour le rapport et la capacité innée de suivre la voie du gibier à la nage grâce à son goût prononcé pour le travail à l’eau. Il s’accommode des terrains difficiles et supporte des variations météorologiques extrêmes. En tant que chien d’arrêt efficace et polyvalent, la peur du coup de feu, la peur du gibier et un manque de disposition pour l’arrêt et le rapport sont aussi indésirables que si le chien n’aime pas le travail à l’eau. Grâce à sa nature sans problèmes et à sa capacité d’adaptation, il peut aussi aisément vivre en appartement.

Bref aperçu historique

Les ancêtres du braque hongrois sont arrivés dans notre patrie avec les tribus hongroises en migration. Dès le 14e siècle, ce chien figure dans des documents écrits picturaux. Son importance pour la chasse n’a cessé d’augmenter depuis le 18e siècle.
Dès la fin du 19e siècle, on organisait en Hongrie des concours pour chiens d’arrêt, auxquels les braques hongrois participaient déjà avec grand succès.
A cette époque, il est probable que d’autres races de chiens de chasse ont joué un rôle dans son développement.
L’élevage ciblé et suivi a débuté en 1920 ; le braque hongrois à poil court a été reconnu par la FCI en 1936.

Aspect général

Chien de chasse de taille moyenne, d’aspect élégant et distingué ; son poil de couleur froment-doré (semmelgelb) est court. Sa constitution plutôt légère, sèche et sans poids superflu réunit dans une harmonie parfaite beauté et force.

Proportions importantes

• La longueur du corps dépasse de peu la hauteur au garrot.
• La hauteur de la poitrine est un peu inférieure à la moitié de la hauteur au garrot.
• Le museau est un peu plus court que la moitié de la longueur de la tête.

Comportement / caractère

Vif de tempérament, aimable, équilibré, facile à éduquer. Sa faculté exceptionnelle de maintenir le contact avec son maître fait partie de ses aptitudes fondamentales. Il ne supporte pas d’être traité avec brutalité et il ne doit être ni agressif ni timide.

Tête

Région crânienne

Tête
Sèche, noble, bien proportionnée.
Crâne
Modérément large, légèrement bombé. Le sillon médian, faiblement prononcé, s’étend de la protubérance occipitale modérément développée en direction du stop. Les arcades sourcilières sont modérément développées. 
Stop
Modéré.

Région faciale

Truffe
Large et bien développée avec les narines aussi ouvertes que possible. La couleur de la truffe s’accorde harmonieusement et dans une nuance plus foncée avec la couleur de la robe.
Museau
Tronqué, pas pointu. Les mâchoires sont fortes et bien musclées.
Lèvres
Bien jointives et tendues ; pas de babines pendantes.
Chanfrein
Droit.
Mâchoires et dents
Mâchoires fortes avec un articulé en ciseaux parfait, régulier et complet, c’est-à-dire que la face postérieure des incisives supérieures est en contact étroit avec la face antérieure des incisives inférieures, les dents étant implantées à peu près d’équerre par rapport aux mâchoires ; avec 42 dents saines conformément à la formule dentaire du chien.
Joues
Fortes, bien musclées.
Yeux
De forme quelque peu ovale, de grandeur moyenne. Les paupières épousent bien la forme du globe oculaire. Le regard est vif et intelligent. La couleur brune des yeux s’accorde harmonieusement avec celle de la robe, mais on préfère les yeux d’une nuance aussi foncée que possible.
Oreilles
Disposées légèrement en arrière et attachées à hauteur moyenne. Le pavillon de l’oreille est fin et pend contre les joues. L’extrémité de l’oreille a la forme d’un "V" arrondi. La longueur de l’oreille mesure environ les trois quarts de la longueur de la tête.

Cou

De longueur moyenne en harmonie avec l’ensemble. La nuque est très musclée et légèrement galbée. La peau de la gorge est tendue.

Corps

Garrot
Accusé et musclé.
Dos
Fort, bien musclé, ferme et droit. Les apophyses de l’épine dorsale doivent être masquées par la musculature.
Rein
Court, large, ferme, musclé, droit ou légèrement voussé. La transition entre le dos et le rein est ferme et compacte.
Croupe
Large et suffisamment longue, pas courte et retranchée ; elle est légèrement inclinée en direction de la queue et bien musclée.
Poitrine
Bien descendue et large avec un poitrail accusé, musclé et moyennement bombé ; le sternum s’étend aussi loin que possible vers l’arrière. Le sternum et le coude se situent à la même hauteur.
Côtes
Les côtes sont modérément cintrées; les fausses côtes sont bien descendues.
Ligne du dessous
Tendue, elle remonte légèrement vers l’arrière en formant une arcure élégante.

Queue

Attachée un peu bas, elle est forte à sa naissance pour ensuite s’amenuiser progressivement. Dans les pays, où la caudectomie n’est pas interdite par la loi, par précaution en vue de la chasse, la queue peut être raccourcie d’un quart. Si la queue ne peut pas être écourtée, elle atteint le jarret et est portée droite ou légèrement en forme de sabre. En mouvement elle est relevée jusqu’à l’horizontale. La queue est bien couverte d’un poil serré.

Membres

Membres antérieurs

Généralités
Vus de face, les antérieurs sont parallèles ; vus de profil, ils sont d’aplomb et bien placés sous le corps. Ossature solide, forte musculature.
Epaules
L’omoplate est longue, oblique et attachée à plat. Son mouvement est dégagé. La musculature est forte et sèche. Bonne angulation entre l’omoplate et le bras.
Bras
Aussi long que possible, bien musclé.
Coudes
Bien au corps, mais pas serrés, tournés ni en dedans ni en dehors. Bonne angulation entre le bras et l’avant-bras.
Avant-bras
Long, droit, suffisamment musclé. Ossature forte, mais pas grossière.
Carpe
Sec, solide.
Métacarpe
Court. Il n’est que très légèrement oblique.
Pieds antérieurs
Légèrement ovales, avec des doigts serrés, suffisamment cambrés et forts. Ongles forts, bruns. Coussinets compacts et résistants, de couleur ardoise. En station debout et en mouvement, les pieds sont parallèles.

Membres postérieurs

Généralités
Vus de derrière, les membres postérieurs sont droits et parallèles. Bonnes angulations. Ossature solide.
Cuisses
Longue et musclée. Bonne angulation entre le bassin et la cuisse.
Grassets
Bonne angulation entre la cuisse et la jambe.
Jambes
Longue, musclée et nerveuse. Sa longueur est presque égale à celle de la cuisse. Bonne angulation entre la jambe et le métatarse.
Jarret
Solide, sec et nerveux, placé relativement bas.
Métatarse
En position verticale, court et sec.
Pieds postérieurs
Comme les antérieurs.

Allures

L’allure typique est un trot plein d’impulsion, facile, élégant et couvrant bien du terrain, avec une forte poussée des postérieurs et une extension correspondante des antérieurs. Pendant la recherche en plaine, le chien a un galop soutenu. Le dos est ferme et la ligne du dessus reste horizontale. Bonne prestance en station. L’amble est à éviter.

Peau

Bien appliquée, sans plis. Elle est bien pigmentée.

Robe

Qualité du poil
Court et serré, il doit être rêche et dur au toucher. A la tête et aux oreilles il est plus fin, plus soyeux et plus court ; à la face inférieure de la queue il est quelque peu, mais pas remarquablement plus long. Le poil doit couvrir tout le corps ; seule le ventre présente un poil un peu plus clairsemé. Pas de sous-poil.
Couleur du poil
Différents dégradés de la couleur froment-doré (semmelgelb). Les oreilles peuvent être d’une nuance plus foncée ; mais partout ailleurs la couleur doit être uniforme. Des tons rouges ou brunâtres ou les couleurs délavées ne sont pas recherchées. Une petite marque blanche au poitrail ou dans la région de la gorge, dont le diamètre ne doit pas dépasser 5 cm, et des marques blanches sur les doigts ne sont pas pénalisées. La couleur des lèvres et des paupières correspond à la couleur de la truffe.

Taille et poids

Hauteur au garrot
Pour les mâles de 58 à 64 cm et pour les femelles de 54 à 60 cm.
Il est sans intérêt d’augmenter la taille. Il faut rechercher une taille moyenne. L’équilibre statique et dynamique et l’harmonie de la construction sont beaucoup plus importants que la taille mesurée en centimètres.

Défauts

• Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien-être du chien et sa capacité à accomplir son travail traditionnel.
• Les défauts doivent être listés en fonction de leur gravité.

Défauts entrainant l’exclusion

 Net écart par rapport à l’aspect caractéristique de la race.
 Forte déviation du type sexuel.
 Tête atypique.
 Truffe ladrée.
 Lèvres pendantes ou qui bavent.
 Prognathisme supérieur ou inférieur, arcade dentaire déviée y compris tous les défauts intermédiaires de l’articulé.
 Absence d’une ou de plusieurs dents parmi les incisives, les canines, les prémolaires 2-4 et les molaires 1-2.
 Absence de plus de deux prémolaires 1 (PM1) ; les M3 ne sont pas prises en considération.
 Les dents non visibles sont considérées comme manquantes.
 Dents surnuméraires hors de l’alignement.
 Palais fendu, bec de lièvre.
 Yeux jaune clair ; paupières très lâches ; entropion, ectropion ; distichiassis (double rangée de cils).
 Fanon marqué.
 Ergots.
 Allures très défectueuses.
 Robe atypique.
 Couleur brun-foncé ou jaune-pâle.
 Sujet pluricolore, couleur non uniforme.
 Marque blanche sur le poitrail dépassant 5 cm de diamètre.
 Pieds blancs.
 Manque de pigment, aussi bien à la peau qu’au bord des lèvres et des paupières.
 Tout défaut de caractère.
 Taille n’atteignant pas ou dépassant de plus de 2 cm la hauteur au garrot indiquée dans le standard.

NB :

• Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d'ordre physique ou comportemental sera disqualifié.
• Les défauts mentionnés ci-dessus, lorsqu'ils surviennent à un degré très marqué ou fréquent, sont éliminatoires.
• Les mâles doivent avoir deux testicules d'aspect normal complètement descendus dans le scrotum.
• Seuls les chiens sains et capables d’accomplir les fonctions pour lesquelles ils ont été sélectionnés, et dont la morphologie est typique de la race, peuvent être utilisés pour la reproduction.

Bibliographie

http://www.fci.be/

Historique détaillé

Connu seulement depuis les années soixante en Europe occidentale et aux Etats-Unis, le Braque Hongrois, appelé également Vizsla, y a vite acquis une solide réputation de chien d'arrêt. Et pourtant, si l'on se reporte aux indications fournies par le standard de la race homologué par la FCI en 1983, ses origines se confondent avec l'histoire de la Hongrie.

En 896, en effet, les Magyars, peuple nomade composé de brillants chasseurs et cavaliers, se fixèrent dans les vastes plaines de la Hongrie. On sait que, dès lors, ils avaient avec eux des chiens courants et des Lévriers, mais, s'il est fort probable qu'ils tenaient leurs Lévriers d'un autre peuple nomade d'Asie, les Scythes, il est plus difficile de connaître de façon précise la provenance des chiens courants. En fait, trois hypothèses s'affrontent. Pour certains, ces chiens seraient venus avec les Magyars lorsque ces derniers s'établirent dans la puszta; pour d'autres, ils auraient accompagné les hordes barbares qui déferlèrent sur l'Empire romain au IVe siècle; pour d'autres, encore, ils auraient déjà été présents dans l'ouest de la Hongrie actuelle, en Pannonie, dès avant l'arrivée des Barbares.

C'est d'ailleurs cette dernière hypothèse que retiennent plus volontiers les spécialistes hongrois, qui considèrent le chien courant de Pannonie comme l'ancêtre véritable du Braque Hongrois. Selon ces mêmes cynophiles, deux autres chiens jouèrent encore chien de chasse à robe jaune, que les Turcs avaient pris pour compagnon et qui fit son apparition en Hongrie après les invasions ottomanes en 1526, et le Sloughi, un Lévrier arabe qui fut utilisé par les aristocraties tant magyare qu'ottomane comme chien d'oiseaux et de rapport, et qui contribua à rendre le Vizsla plus véloce.

Si les premières représentations de chiens assez semblables au Braque Hongrois tel que nous le connaissons aujourd'hui datent du XVIe siècle, ce n'est que deux siècles plus tard, alors que le pays est passé sous la domination des Habsbourg, que le terme « Vizsla » est employé par les chasseurs viennois pour désigner les chiens rencontrés dans la giboyeuse puszta. Avec la germanisation des mœurs hongroises, le Vizsla subit peu à peu l'influence de races allemandes. Néanmoins, on ne peut guère être affirmatif quant à la race qui contribua à son enrichissement. D'aucuns pensent qu'il s'agirait du Braque Allemand, ou Kurzhaar, dont les aptitudes polyvalentes se rapprochent indéniablement de celles du chien de chasse hongrois, alors que d'autres, et notamment nombre d'auteurs américains, suggèrent que ce serait le Braque de Weimar, dont la robe unie, lorsqu'elle est dans les tons gris chevreuil, n'est pas sans évoquer celle du Braque Hongrois.

Comme tous les Braques du continent, le Vizsla recevra à la fin du XIX' siècle une infusion de sang Pointer qui lui donnera plus de rapidité d'action, bien utile d'ailleurs dans la puszta. Toutefois, à cette époque, on demande au Braque Hongrois non seulement d'être véloce et de posséder une quête étendue, mais encore de pister le gibier blessé, d'être un bon retriever, de chasser le gibier à plume aussi bien qu'à poil, et force est d'admettre que recourir au « pur-sang » des chiens d'arrêt ne suffit pas pour répondre à toutes ces exigences. C'est d'ailleurs ce que laisse entendre un document hongrois montrant que la race nationale est à mi-chemin entre le Pointer et le Braque Allemand : « Du point de vue de l'utilisation, on ne peut mieux faire que de le comparer aux autres Braques. Le Pointer a une méthode de quête plus rapide et un odorat bien développé mais c'est un rapporteur médiocre et son utilisation est limitée. Le chien d'arrêt allemand quête plus lentement, a un odorat suffisamment développé, il rapporte bien, il garde bien la piste et peut être utilisé de différentes façons. Au contraire, le Braque Hongrois quête rapidement tout en étant obéissant, il a un odorat très sensible, il rapporte d'une façon parfaite, il garde la piste. En somme, c'est un chien d'arrêt qui réunit en lui toutes les qualités des deux races que nous avons citées plus haut. »

Fort curieusement, certains auteurs vont en outre chercher à gommer, tout au moins en grande partie, les origines spécifiquement hongroises du Vizsla et montrer qu'il est d'abord le résultat de croisements entre le Pointer, le Braque Allemand et le Braque de Weimar. Reconnaissons-le, cette attitude est exagérée, et même paradoxale, si l'on sait que ces auteurs n'ont pas eu accès aux documents officiels hongrois avant de mettre en doute leur validité. Elle est en fait intimement liée au fait que la FCI ne prit la décision de reconnaître la race qu'en 1935, soit fort tardivement, ce qui peut laisser supposer que cette reconnaissance officielle ne faisait pas l'unanimité chez les cynophiles. Il ne faut pas perdre de vue que les Britanniques dominaient alors la cynophilie internationale, et ce depuis le XVIIIe siècle, époque où ils sélectionnèrent le Pointer. Il est donc dans l’ordre des chsoes que les spécialistes continentaux aient eu recours aux meilleures races d’Outre-Manche.

De la même façon, dans les années trente, les gardes-chasse et les forestiers infuseront du sang Drahthaar (le Braque Allemand à Poil Dur) au Vizsla, pour créer un type de chien apte à travailler dans des conditions difficiles (sous-bois, ronciers, friches, travail à l'eau) et dans un domaine spécifique aux chiens d'Allemagne et d'Europe centrale: rechercher le grand gibier blessé, ce qui est le propre du chien de rouge. Il est possible encore que, pour obtenir un tel chien, le Drotszôrû Magyar Vizsla ; le Vizsla à Poil Dur ; les cynophiles aient recouru à d'autres races comme le Stichelhaar ou le Pudelpointer. Ce qui est certain, c'est que ce Vizsla a évolué au fil des ans pour devenir une race à part entière et que, avec l'augmentation de ses effectifs, les différences avec le Vizsla à Poil Court se sont faites de plus en plus manifestes. C'est l'une des raisons pour lesquelles il n'est pas recommandé de procéder à des croisements Poil Court-Poil Dur.

Le cheptel du Braque Hongrois à Poil Court souffrira terriblement de la Seconde Guerre mondiale, et il faudra donc le reconstituer dans les années cinquante, ce qui explique qu'il mettra longtemps à être connu à l'étranger. Ce sont les Américains, à la faveur notamment de la venue de nombreux émigrants hongrois, qui vont être les premiers à apprécier ce chasseur polyvalent alliant une morphologie élégante à une robe spectaculaire. Ainsi, dès 1960, l'American Kennel Club reconnaît la race; trois ans plus tard, un standard spécifique est rédigé, tandis qu'un club est créé (il en existe plusieurs aujourd'hui) et que des field-trials réservés sont organisés. Grâce au dynamisme des éleveurs américains, le Vizsla va se propager jusqu'en Afrique du Sud et en Extrême-Orient.

En France, les débuts de la race sont modestes. En 1969, 5 sujets seulement sont inscrits au Livre des origines. A partir de 1970, toutefois, son audience s'accroît, puisque 40 naissances sont recensées, nombre qui dépasse 100 en 1978. Aujourd'hui, on dénombre plus de 2 500 sujets (Poil Court et Poil Dur confondus). Le Club de la race a été définitivement affilié à la SCC en 1975; il organise depuis plusieurs field-trials réservés aux représentants de la race, ainsi qu'une exposition nationale d'élevage très suivie. Le Vizsla est actuellement assez bien implanté en Allemagne, aux Pays-Bas, et de plus en plus en Belgique. Un succès qui semble lié d'abord à ses incontestables qualités de chasseur, mais aussi à sa silhouette aussi élégante qu'originale.

Il est évident qu'une race de chien d'arrêt ne peut s'imposer que grâce à de solides qualités sur le terrain : le marché ne manque pas d'excellentes races, ce qui, conjugué à la disparition progressive du gibier sauvage et à la tendance à la réduction des périodes de chasse, rend l'implantation d'une « nouvelle » race pour le moins hasardeuse.

Le Vizsla est tout d'abord docile et facile à dresser. Comme pour tous les Braques, et en fait comme pour tous les chiens en général, il ne faut jamais user de brutalité à son égard. Son caractère très stable et équilibré lui permet d'être mis dans toutes les mains, plus ou moins expertes: il sera toujours pour son maître un bon auxiliaire à la chasse et un agréable compagnon à la maison. Toujours obéissant, jamais cabochard, le Braque Hongrois n'en est pas moins un animal sûr de lui, et peut-être moins sensible que certains autres Braques qui doivent être maniés avec beaucoup de précaution sous peine d'être mal dressés, parce ce qu'il est également moins nerveux. Certains Vizslas montrent par ailleurs des aptitudes certaines à la garde, et avertissent volontiers de l'arrivée d'un inconnu.

A la chasse, le Vizsla aura une quête en fonction des désirs de son maître. C'est un galopeur qui parcourt rapidement mais sans excès les territoires découverts; il peut toutefois avoir une quête plus restreinte sur des terrains morcelés. Point important pour de nombreux chasseurs français : ce chien est un excellent retriever ; c'est même un don inné chez lui ; et il ne se lasse jamais de chercher le gibier et de le rapporter avec un plaisir qui n'exclut pas la douceur. Pour la finesse de son nez, la fermeté de son arrêt, il supporte en outre la comparaison avec les meilleures races d'aujourd'hui.

Les qualités physiques ne sont pas à négliger pour des chiens qui doivent garder toute leur ardeur pendant de longues journées de chasse. Avec sa taille moyenne, son format à peine allongé, son squelette solide mais sans lourdeur, son arrière-main ferme et très musclée, le Vizsla est un athlète agile et endurant. Ces qualités, ses ancêtres les ont acquises au fil des ans dans leur pays originel, caractérisé par un climat continental aux saisons très marquées.

Le Braque Hongrois à Poil Court a un pelage dense, épais et rêche, qui lui permet de se protéger des intempéries et des fortes variations de température. Cependant, le chasseur amené à parcourir des terrains difficiles, à traverser d'épais fourrés ou ronciers, l'amateur de sauvagine qui fréquente les marais, les prairies inondées ou envahies de joncs pourront préférer le Braque Hongrois à Poil Dur, plus résistant à un environnement froid et humide et peu inquiet du contact avec les épines, les ronces, voire à l'occasion les massettes coupantes.

Le Vizsla à Poil Dur, légèrement plus grand que son congénère à Poil Court, est surtout d'une construction un peu plus compacte et d'une ossature plus forte. Sa quête plus restreinte, ses allures très régulières mais un peu moins rapides le prédisposent aux territoires les plus éprouvants. Dans son pays, il est l'archétype même du chien de rouge et un traqueur infatigable travaillant au bois.

Quelle que soit la nature de son poil, le Braque Hongrois est un chien affectueux, qui recherche la présence de son maître. C'est pourquoi, malgré sa rusticité, il s'adapte bien au rôle de chien de compagnie, lorsqu'il n'a pas à exercer ses talents cynégétiques. Comme pour tout chien bâti en vrai sportif et destiné au travail, il est nécessaire de lui réserver régulièrement des moments d'exercice.

Le Braque Hongrois, enfin, est un chien à la santé robuste. Les rédacteurs du standard ont pu insister sur la dysplasie de la hanche, mais il ne faut rien exagérer, la race n'est pas touchée plus fréquemment que d'autres par cette malformation. Par ailleurs, il semble que, aux Etats-Unis, certaines lignées soient atteintes d'atrophie progressive de la rétine: les publicités pour les chiens à céder et les étalons disponibles indiquent presque toujours qu'ils sont exempts de cette grave affection. A notre connaissance, les lignées françaises ne connaissent pas ces problèmes.

Les dernières races mises à jour

  • Jack Chi -- Jack Russell Terrier X Chihuahua

    Jack Chi Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> Mexique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Jackahuahua Jackhuahua Brève présentation du Jack Chi Le Jack Chi est un chien hybride issu du croisement du Jack Russell Terrier et du Chihuahua, et est un hybride assez nouveau sur la scène. Un...
  • Jack-A-Ranian -- Jack Russell Terrier X Spitz Toy / Pomeranian

    Jack-A-Ranian Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Jack Pom Jackaranian Pom-A-Jack Pom Jack Pap-I-Jack Brève présentation du Jack-A-Ranian Le Jack-A-Ranian fournira des heures d'amour et de divertissement avec ses bouffonneries ludiques et...
  • Ja-Chon -- Epagneul japonais X Bichon à poil frisé

    Ja-Chon Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Chine <> France / Belgique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Ja-Chon Le Ja-Chon est un chien de race hybride dont les races parentales sont l'Epagneul japonais et le Bichon à poil frisé. Le Ja-Chon peut avoir un pelage long et bouclé, ou il peut avoir un pelage court et...
  • Jacairn -- Jack Russell Terrier X Cairn Terrier

    Jacairn Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Jacairn Le Jacairn est un chien de race hybride dont les races parentales sont le Jack Russell Terrier et le Cairn Terrier. C'est un chien nécessitant peu d'entretien qui n'a besoin que d'un toilettage peu fréquent...
  • Italian Tzu -- Petit Lévrier italien X Shih-Tzu

    Italian Tzu Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Tibet -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Tzu L'Italian Tzu est un chien de race hybride. Ses parents sont le Petit Lévrier italien et le Shih Tzu. L'Italian Tzu devrait être un chien nécessitant peu d'entretien et nécessitant un toilettage peu...
  • Italian Papihound -- Petit Lévrier italien X Epagneul nain continental

    Italian Papihound Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> France et Belgique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Papihound L'Italian Papihound est un chien hybride. Ses races parentales sont le Petit Lévrier italien et l'Epagneul nain continental. La race parentale Petit Lévrier italien est affectueuse...
  • Italian Mastweiler -- Cane Corso X Rottweiler

    Italian Mastweiler Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Mastweiler L'Italian Mastweiler est une combinaison du Cane Corso et du Rottweiler. Etant donné que ces deux chiens sont grands, votre Italian Mastweiler sera également grand et devrait peser environ...
  • Italian Grey Min Pin -- Petit Lévrier italien X Pinscher nain

    Italian Grey Min Pin Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Italian Grey Pinscher Brève présentation de l'Italian Grey Min Pin L'Italian Grey Min Pin est un mélange du Petit Lévrier italien et du Pinscher nain. Ce sont deux races jouets avec des...
  • Italian Greyhuahua -- Petit Lévrier italien X Chihuahua

    Italian Greyhuahua Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Mexique -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Greyhuahua Si vous aimez les petites boules d'énergie, l'Italian Greyhuahua est peut-être le chien qu'il vous faut. Développé à partir du Chihuahua et du Petit Lévrier italien, l'Italian...
  • Italian Greagle -- Petit Lévrier italien X Beagle

    Italian Greagle Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Greagle L'Italian Greagle est un croisement entre un Petit Lévrier italien et un Beagle. Les origines exactes de ce petit chien sont inconnues, mais beaucoup de gens pensent que Kelly et...
  • Italian Daniff -- Cane Corso X Dogue allemand

    Italian Daniff Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Daniff L'Italian Daniff est un croisement spécifique entre le Cane Corso et le Dogue allemand. Ce chien massif mesure de 89 à 91,5 centimètres aux épaules et pèse de 52 à 59 kilos. La taille même du chien...
  • Italian Cavalier Greyhound -- Petit Lévrier italien X Cavalier King Charles Spaniel

    Italian Cavalier Greyhound Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Italie <> Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Cavalier Greyhound L'Italian Cavalier Greyhound est un petit chien affectueux et amical dont les races parentales sont le Petit Lévrier italien et le Cavalier King Charles...
  • Italian Bulldogge -- Mâtin napolitain X Olde English Bulldogge

    Italian Bulldogge Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Grande-Bretagne <> Italie -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian Bulldogge Puissant, intimidant et grand protecteur, l'Italian Bulldogge est un chien de race géante qui est un croisement entre le Mâtin napolitain et le Olde English Bulldogge. Ces...
  • Italian-Bichon -- Petit Lévrier italien X Bichon à poil frisé

    Italian-Bichon Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine France / Belgique <> Italie -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Italian-Bichon Petit chien de garde, l'Italian-Bichon est un compagnon alerte, loyal et joueur que l'on peut souvent confondre avec un Jack Russell Terrier, malgré cette idée fausse,...
  • Standard Irish Wolf Schnauzer -- Schnauzer X Lévrier irlandais

    Standard Irish Wolf Schnauzer Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Allemagne <> Irlande -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Standard Irish Wolf Schnauzer Le Standard Irish Wolf Schnauzer est un chien de croisement spécifique entre un Schnauzer et un Lévrier irlandais. Ce sont des chiens intelligents et affectueux qui...
  • Irish Wolfoodle -- Lévrier irlandais X Caniche

    Irish Wolfoodle Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> France -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Wolfoodle Un gentil géant, l'Irish Wolfoodle est un hybride affectueux et intelligent qui est un croisement entre le noble Lévrier irlandais et le Caniche standard à l'esprit vif. Ces hybrides à poil...
  • Irish Saint Terrier -- Terrier irlandais X Chien du Saint-Bernard

    Irish Saint Terrier Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> Suisse -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Irish Bernard Terrier Brève présentation de l'Irish Saint Terrier L'Irish Saint Terrier est une race hybride qui est un mélange du Terrier irlandais et du Chien du Saint-Bernard. Les deux races...
  • Irish Russian Spanterrier -- Epagneul d'eau irlandais X Terrier noir russe

    Irish Russian Spanterrier Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> Russie -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Russian Spanterrier L'Irish Russian Spanterrier est un hybride très rare, en partie parce que les deux races parentales, l'Epagneul d'eau irlandais et le Terrier noir russe, sont elles-mêmes...
  • Irish Mastiff -- Lévrier irlandais X Mastiff

    Irish Mastiff Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Mastiff L'Irish Mastiff est l'hybride de deux des races canines les plus grandes et les plus hautes connues de l'homme, le Mastiff, également connu sous le nom de Mastiff anglais, et le Lévrier...
  • Irish Doodle -- Setter irlandais rouge X Caniche

    Irish Doodle Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> France -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Cette race est aussi connue sous Irish Doodle SetterIrish Poo SetterIrish SetterdoodleIrish Setterpoo Brève présentation de l'Irish Doodle L'Irish Doodle est une race hybride intentionnelle de chien. Ils sont un croisement entre deux...
  • Irish Dobe Setter -- Setter irlandais rouge X Dobermann

    Irish Dobe Setter Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Dobe Setter L'Irish Dobe Setter est un chien de croisement intentionnel entre le chien de chasse irlandais insouciant, le Setter irlandais rouge et le Dobermann, un chien de protection...
  • Irish Dane -- Lévrier irlandais X Dogue allemand

    Irish Dane Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> Allemagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Dane Les Irish Dane sont des animaux imposants au grand coeur, au propre comme au figuré. Ce sont des créatures douces et sociales qui apprécient beaucoup la compagnie. Ils aiment rester actifs et...
  • Irish Bostetter -- Setter irlandais rouge X Terrier de Boston

    Irish Bostetter Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Irlande <> U.S.A. -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Irish Bostetter Les Irish Bostetters sont des animaux de compagnie doux, intelligents et enjoués qui aiment être actifs et passer du temps avec les autres. Leur durée de vie est moyenne pour les races...
  • Imo-Inu -- American Eskimo Dog X Shiba

    Imo-Inu Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine U.S.A. <> Japon -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation de l'Imo-Inu L'Imo-Inu est un croisement spécifique de deux races très intelligentes et fidèles : l'American Eskimo Dog et le Shiba. Ces animaux de compagnie sont axés sur les gens et aiment rester actifs. Leur durée de vie est...
  • Husky Jack -- Husky de Sibérie X Jack Russell Terrier

    Husky Jack Il n'est pas reconnu par la F.C.I. Origine Sibérie <> Grande-Bretagne -> U.S.A. Traduction Francis Vandersteen Brève présentation du Husky Jack Le Husky Jack est un croisement énergique d'un Husky de Sibérie et d'un Jack Russell Terrier. Ces chiots actifs sont audacieux, loyaux et affectueux. Ils sont de taille moyenne avec une durée de...